Vous aimeriez savoir écrire du contenu de premier choix pour votre site web ? Vous vous demandez comment procéder ? Produire un contenu sans fautes d’orthographe et de qualité est essentiel mais ne suffit pas. Vous le savez, la lecture sur écran n’a rien à voir avec celle sur support papier. Lecture manquant de fluidité, confort moindre pour les yeux, bref, l’internaute se fatigue rapidement. Rédiger pour le web demande en outre de connaître des techniques d’optimisation afin de plaire aux moteurs de recherche. Que vous soyez blogueur professionnel ou propriétaire d’un site e-commerce, vous devez adapter votre écriture à ces contraintes en produisant un contenu lisible et pertinent autant pour l’UX (expérience utilisateur) que pour Google. Voici les 3 principes de base à connaître et appliquer pour bien écrire pour le web.

 

1. Rédiger un contenu pour un public ciblé

Votre site a un objectif : attirer les internautes afin de leur vendre un produit, une formation, ou leur offrir une information fiable sur un thème précis. Si votre charte éditoriale web garantit l’harmonisation de vos contenus textuels, vous devez également trouver la meilleure manière de vous adresser à vos prospects ou clients.

Édifier un portrait de ses clients idéaux

Avez-vous déjà testé la méthode des personas ? Inspirée du marketing, elle aide à comprendre les motivations des internautes via l’élaboration de portraits types de publics cibles associant des comportements, un mode de vie, des habitudes et même un prénom. Personnifier les profils d’internautes aide à s’adapter au lecteur visé et instille aux contenus une vraie dimension humaine. Interrogez-vous sur le type de secteur dans lequel votre client travaille, les ressources qu’il utilise, son âge, son statut marital, son activité sur les réseaux sociaux, etc.

Réfléchissez aux principaux publics que vous souhaitez atteindre en définissant entre 3 et 5 personas afin d’éviter une trop grande dispersion. Si par exemple vous vendez des décorations de mariage, intéressez-vous à la création de 3 personas. Succinctement, voici ce que cela pourrait donner :

  • la future mariée, Jennifer, 28 ans, employée de banque qui souhaite les plus jolies décorations possibles et dévore tous les blogs liés au mariage ;
  • le futur marié, Anthony, 30 ans, promoteur immobilier, qui veut faire plaisir à sa fiancée tout en cherchant à impressionner ses proches et qui tient les cordons de la bourse ;
  • la mère de la mariée, qui suit les choix de sa fille tout en souhaitant contenter tout le monde et ne pas dépasser un certain budget.

Une petite astuce si vous êtes blogueur : trouvez des idées grâce à vos lecteurs. Rien de tel que de s’inspirer de personnes réelles pour réussir à mieux cerner les attentes de son audience en offrant un contenu concret et vivant à lire.

Prendre en compte l’UX

Chaque utilisateur ne consulte pas internet au même moment de la journée ni sur le même type de terminal. Vos clients utilisent les trois types d’écran (ordinateur, mobile et tablette) de manière différente les uns des autres. Concevoir un site de manière responsive est donc aujourd’hui indispensable pour garder les internautes sur votre page. Pour améliorer l’expérience utilisateur, le contenu doit ainsi s’adapter aussi bien à un grand écran qu’à un écran plus petit de smartphone. De plus, souvent pressé et inattentif, l’internaute cherche une information précise, alors facilitez-lui la vie en ayant toujours à cœur de proposer un contenu qualitatif.

 

2. Élaborer un contenu de qualité

Rechercher des informations pertinentes

Bien écrire pour le web nécessite de savoir chercher les bonnes informations qui vous serviront de base pour rédiger votre contenu. Croisez les informations afin de les vérifier, l’internaute attendant une information fiable et de qualité. Donner du concret à son lecteur et montrer la maîtrise de son sujet est une règle d’or : le remplissage est à proscrire sous peine de se décrédibiliser.

Aller droit au but

Tandis que l’école nous apprend à rédiger de l’argument secondaire vers le plus important, en rédaction web, l’information essentielle doit au contraire être délivrée dès le début afin de retenir l’attention du lecteur. L’astuce consiste à hiérarchiser l’information avec la pyramide inversée grâce à la technique des 5W2H : what, who, where, when, why, how et how much en anglais, soit quoi, qui, où, quand, pourquoi, comment et combien. Attention toutefois à maintenir la curiosité du lecteur après les premières lignes.

Écrire de manière claire et concise pour un confort de lecture optimal

Un auteur pour le web n’est pas un écrivain et se doit d’écrire un maximum de choses en un minimum de mots sans desservir son propos. Privilégier un esprit de synthèse avec une seule idée par paragraphe permet de bannir redondances et tournures lourdes. Rédigez des phrases courtes en aérant votre texte et en rendant repérables les titres et intertitres. N’oubliez pas que la lecture se fait sur écran : rien de plus fatiguant pour les yeux que de lire un contenu écrit d’un seul bloc sans espaces. Enfin, dites adieu aux fautes d’orthographe et de typographie afin de ne pas passer pour un amateur.

Accrocher le lecteur

La rédaction web comprend une vraie dimension stratégique. Une étude sur le mouvement des yeux menée par Jakob Nielsen et John Morkes a montré que les internautes scannent les textes. Seuls 20 % du contenu sont véritablement lus. Les zones stratégiques ou « zones chaudes » se dessinent en forme de F : les internautes lisent essentiellement les informations contenues en haut et à gauche de leur écran. Doivent donc y figurer les informations clés et les liens vers lesquels on souhaite pousser l’internaute à cliquer.

Les titres incitant l’internaute à poursuivre sa lecture, choisissez des titres copywrités et courts qui donnent envie de cliquer tout en adoptant un vocabulaire percutant qui appelle à l’action.

Vos titres sont attirants ? Parfait, mais n’oubliez pas qu’ils doivent également tenir leur promesse en suivant un fil conducteur pour amener le lecteur à l’information promise au départ. Pour en savoir plus sur ce fameux fil conducteur, n’hésitez pas à vous référer à la vidéo de Lucie Rondelet sur le sujet.

 

3. Bien écrire pour le web en rédigeant un texte optimisé SEO

Optimiser son contenu pour le référencement sur Google

Richesse des mots-clés et du champ sémantique utilisé, balisage HTML correct, taux de rebond, maillage interne, etc. sont autant de paramètres à ne pas négliger pour un bon référencement naturel. À l’exception des e-books et autres documents non destinés à être indexés par Google, chaque contenu est référencé par les moteurs de recherche. L’algorithme de Google a beau rester mystérieux, le B-A BA du SEO est à connaître pour tout propriétaire de site internet.

Choisir une requête principale appropriée

La pertinence du contenu, prise en compte par Google, est un facteur déterminant de sa place sur le SERP. Certains outils comme 1.fr, Your Text Guru ou Ubersuggest aident à déterminer le choix d’une requête principale et des mots clés lui étant associés, son positionnement possible, la concurrence. Olivier Andrieu recommande de travailler des requêtes clés faisant l’objet de 1 000 à 8 000 recherches mensuelles. Au-delà, une requête sera trop concurrentielle et demandera par conséquent beaucoup plus de temps et de backlinks pour un positionnement avantageux. En-dessous de 1 000, la requête ciblant un secteur de niche, est peu concurrentielle et doit correspondre au cœur de métier particulier de votre site internet.

Utiliser un champ sémantique riche

Pour déterminer la qualité d’un texte, Google tient compte de la richesse du champ sémantique autour de la requête principale et pas seulement des seuls mots clés insérés dans le texte. Une page doit contenir des requêtes secondaires, c’est-à-dire des expressions voisines de la requête principale et des synonymes.

Un exemple : vous souhaitez vendre des vêtements de montagne à un large public. Quelques mots clés à privilégier seraient : vêtements de montagne, gants, bonnet, combinaison, moufles, vêtements de montagne confortables, vêtements de montagne chauds, etc.

Pour ce faire, aidez-vous de dictionnaires de synonymes en ligne. Celui de l’université de Caen est par exemple très complet.

Structurer son texte

Les balises HTML sont à la rédaction web ce que sont les phares aux navigateurs. Pour que la mise en forme du texte ne noie pas le lecteur et ne perde pas Google, la structure se doit d’être cohérente. Les internautes aiment lire un contenu agréablement construit et Google repère les balises HTML pour déterminer les différentes zones du contenu. Les balises Title et Hn ne doivent avoir aucun secret pour le rédacteur web SEO. La requête principale est à placer dans le H1 et chaque paragraphe est ensuite organisé grâce à des intertitres (H2 à H6). Les mots clés sont écrits en gras tout en conservant une harmonie dans la densité (trop de mots en gras rendant la lecture désagréable).

 

Ce qu’il faut retenir

Petit récapitulatif. Pour bien écrire pour le web en conciliant UX et référencement naturel, il vous faut :

  • réussir à vous mettre dans la peau de vos internautes ;
  • écrire de manière irréprochable tant sur le fond que sur la forme ;
  • connaître les bases du SEO pour optimiser vos contenus.

Néanmoins, les règles du SEO étant en constante évolution, il est impératif de se former en continu. Google effectue régulièrement des mises à jour de son algorithme. De plus, pour séduire l’internaute, le rédacteur web doit avoir un style fluide, un vocabulaire simple mais étoffé et doit savoir se montrer pédagogue. Bref, pour toutes ces raisons, la rédaction web est un vrai métier nécessitant de faire appel à des experts du contenu rédactionnel. Vous avez un projet et recherchez des rédacteurs web SEO professionnels ? Jetez donc un œil ici !

Article rédigé par Gaëlle Curto, élève Origami 2 en formation

%d blogueurs aiment cette page :