Au hasard de vos pérégrinations sur le web, vous êtes-vous déjà retrouvé sur un site Internet rempli de fautes d’orthographe ? On gage que oui. L’effet ne se fait pas attendre : ni une, ni deux, vous fermez l’onglet. Lé fôte en frencé, sa pik vrémen lé zieu ! Le respect des règles de la langue n’est pas une option lorsqu’on se lance dans la création d’un business en ligne. Pour donner un rendu parfait à un blog, à un e.commerce ou à un site d’entreprise, le relecteur-correcteur freelance est incontournable. Que peut faire ce professionnel de l’écrit pour vous et comment le trouver ?

Le relecteur-correcteur freelance : le gardien de vos contenus rédactionnels

Pourquoi est-il indispensable ?

Le relecteur-correcteur freelance a toujours été un élément indispensable dans la presse et l’édition. Avec le déclin du papier au profit du numérique, a-t-il perdu sa raison d’être ? Que nenni ! Les contenus rédactionnels explosent sur Internet et le rôle de ce gardien de la langue est plus que jamais indispensable.

Pourquoi ? Parce que même le meilleur des écrivains, des journalistes ou des rédacteurs peut laisser traîner des fautes, des incohérences et des coquilles dans un texte. Il est très difficile d’avoir du recul sur un contenu que l’on a écrit. Le relecteur-correcteur intervient donc en dernière étape dans la chaîne de création d’un contenu pour vérifier si les règles grammaticales et typographiques ont été respectées.

Les champs d’action des correcteurs-relecteurs

Le correcteur est indispensable pour tous les contenus, qu’ils soient physiques ou dématérialisés. Cela comprend :

  • les pages et les articles web ;
  • les ouvrages d’art ;
  • les romans et recueils de nouvelles ;
  • les scénarios ;
  • les essais scientifiques ;
  • les articles de presse papier ;
  • les e.books (comme ceux que les blogueurs proposent gratuitement).

Même les guides pratiques, les notices d’utilisation et les rapports de stage peuvent être concernés. Certains étudiants recherchent des services de correction de mémoire pas cher. Les freelances sont utiles aussi lorsqu’il s’agit de corriger des copies à domicile. Leurs clients sont donc :

  • les maisons d’édition ;
  • les sociétés de presse écrite ;
  • les propriétaires et gestionnaires de sites Internet ;
  • les agences digitales et de communication ;
  • les particuliers ;
  • etc.

Le relecteur-correcteur peut porter d’autres noms : réviseur, secrétaire de direction ou, dans un jargon angliciste, rewriter.

Les modes d’intervention du relecteur-correcteur

Un correcteur freelance peut intervenir sur tout type de contenu écrit, que le support soit papier ou numérique. Il travaille à la fois sur la forme et sur le fond du texte. Il en vérifie :

  • l’orthographe ;
  • la grammaire ;
  • la syntaxe ;
  • la typographie et la ponctuation ;
  • la cohérence interne.

Les différentes étapes de relecture et de correction

Un relecteur-correcteur freelance procède généralement à trois lectures différentes :

  • première lecture : il traque les fautes de grammaire, d’orthographe, de syntaxe et de ponctuation et supprime les coquilles et les contresens ;
  • seconde lecture : il vérifie l’enchaînement des phrases et des paragraphes afin que le texte soit fluide à lire et s’intéresse aussi aux références et aux citations ;
  • troisième lecture : il s’occupe de la mise en page.

Il procède à différents niveaux de lecture, technique et critique. S’intéresser à l’aspect formel du texte ne suffit pas ; il faut aussi en comprendre le sens général. Le correcteur porte son attention sur chaque mot et même sur chaque signe. C’est un travail qui demande une grande patience et une capacité de concentration importante.

Une casquette supplémentaire : la réécriture

On demande parfois à un correcteur de faire de la réécriture. Un bon relecteur-correcteur en a les compétences.

La réécriture peut avoir plusieurs niveaux. Il peut s’agir de reformulations : le correcteur va les suggérer à l’auteur du texte (par exemple, dans le cadre d’un roman) ou les faire lui-même. Il peut aussi s’agir de modifications radicales : suppression de phrases voire de passages entiers, réorganisation de paragraphes et de chapitres, ajouts, etc. Dans ce cas, le relecteur-correcteur doit avoir de vraies capacités rédactionnelles. Il doit savoir retrancher, expliciter, compléter, et tout cela dans le respect de la pensée de l’auteur, du client et du contenu. Un bon relecteur-correcteur a une bonne culture générale, une ouverture d’esprit et aussi une capacité à critiquer un texte de manière constructive.

Les conditions de travail d’un relecteur-correcteur

Le correcteur travaille sur écran ou sur papier. Il n’a besoin que de peu de matériel : un stylo rouge suffit souvent ! Il peut aussi utiliser l’option « Modifications » des systèmes de traitement de texte, ce qui lui permet d‘échanger avec l’auteur si celui-ci est investi dans la correction.

Bien sûr, le relecteur-correcteur freelance dispose d’outils : les dictionnaires d’orthographe et les grammaires, comme le fameux Bescherelle, et les logiciels de correction automatique tels que ProLexis ou le populaire Antidote. Cependant, rien ne peut remplacer sa connaissance très fine de la langue française, sa rigueur et son exigence.

Les tarifs du relecteur-correcteur

Les facteurs qui influencent les tarifs du correcteur indépendant

Vous vous demandez quels sont les tarifs d’un relecteur-correcteur indépendant ? Comme pour le rédacteur web, pas de prix unique. Cela dépend de plusieurs facteurs :

  • la longueur du texte ;
  • Le type de la mission ;
  • l’expérience et la notoriété du correcteur.

La longueur d’un contenu est calculée soit en nombre de signes, soit en nombre de mots. Les professionnels proposent parfois un tarif de rewriting au feuillet. C’est un premier facteur relativement simple à comprendre : un roman de 600 000 signes sera plus long à corriger qu’un e.book de 40 000 signes et surtout qu’un article de 5 000 signes. Vous devez donc prévoir une rémunération plus importante pour cette prestation.

Cependant, cette seule donnée ne suffit pas. Il faut également prendre en compte le type de mission demandée au correcteur. Souhaitez-vous qu’il procède à une ultime relecture d’un contenu déjà très soigné avant publication sur votre site internet ? Voulez-vous une simple prestation de correction de l’orthographe et de la grammaire ? Ou comptez-vous lui confier la reprise de vieux articles à reformuler entièrement — voire à réécrire ? La reformulation et la réécriture ont un coût. De même, un correcteur littéraire n’a pas le même tarif qu’un relecteur de fiches de produits.

Les tarifs de relecture et correction : quelques chiffres

Voici quelques fourchettes de prix de relecture afin que vous y voyiez plus clair. Attention, il ne s’agit que d’indicatifs. À noter aussi concernant le tarif d’une correction au caractère : les espaces comptent comme des signes dans le calcul global. On utilise d’ailleurs l’acronyme SEC (Signes Espaces Comprises). Pensez-y afin de ne pas avoir de mauvaise surprise au moment de la facturation.

  • 1,50 à 4,50 € les 1 000 sec ;
  • 4,50 à 13,50 € les 3 000 sec (soit une page à une page et demi A4 en Times New Roman, police 12 et interligne 1,5).

On peut aussi calculer en nombre de mots, sachant que 3 000 sec correspond à environ 500 mots :

  • 9 à 27 € l’article de 1 000 mots ;
  • 13,50 à 40 € l’article de 1 500 mots.

La réécriture complète d’un article est souvent facturée au prix d’une rédaction.

Quelques pistes pour trouver un relecteur-correcteur freelance

Le métier de correcteur est indispensable et, pourtant, il a subi quelques avanies dans les dernières décennies. Il y a de moins en moins de correcteurs, y compris dans la presse quotidienne nationale, dans laquelle cette profession était pourtant reine autrefois. De moins en moins de correcteurs salariés, du moins. Cependant, leur rôle reste essentiel et on peut heureusement compter sur les relecteurs-correcteurs freelance.

Mon correcteur freelance doit-il être diplômé ?

Il n’existe pas de diplôme spécifique, mais quelques écoles spécialisées forment des professionnels :

  • le Centre d’écriture et de communication ;
  • le Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CFPJ) ;
  • l’École des Métiers de l’Information (Emi-CFD) ;
  • l’Asfored.

Les tenants de DUT Sciences de l’Information et des Bibliothèques, de la Licence de Lettres classiques ou modernes ou d’un Master Métiers du Livre et de l’Édition sont aussi censés posséder les compétences adéquates.

Cependant, rien de tout cela n’est en soi une garantie et certainement pas une onction indispensable. Le bon relecteur-correcteur se définit surtout par son amour des mots, par sa rigueur intellectuelle et professionnelle et par son excellent esprit critique.

Quelques pistes pour trouver un relecteur-correcteur

Vous pouvez trouver des professionnels de qualité en vous adressant :

  • aux associations d’anciens élèves des écoles précitées ;
  • aux plates-formes généralistes de freelances de type Malt ;
  • aux sites web comme La Rédac du Web, qui propose de traiter directement avec les freelances sans avoir à verser de commission.

Les corrections de textes traduits réclament souvent l’expertise d’un traducteur, afin que le sens d’origine du contenu ne soit pas dénaturé. Dans le cas d’un texte de langue anglaise, il faut par exemple faire appel à un relecteur-correcteur-traducteur d’anglais. Vous trouverez aussi ces professionnels polyvalents sur La Rédac’ du Web. 😉

Marie Tétart, Rédactrice Web SEO

Crédits Image : GraphicMama et VictorianLady

%d blogueurs aiment cette page :